contact contact rss rss a propos de ce site site non officiel - à propos de cette initiative privée a la recherche de documents sur Charleroi A la recherche de documents sur Charleroi
Titre charleroi-decouverte.be 


Page : Page principale » Histoire des rues de Charleroi » Parc Jacques Depelsenaire

Parc Jacques Depelsenaire

 

Suivez le site sur Facebook !

Suivez également le site sur Facebook, pour prendre connaissance des derniers sujets postés, et bien plus !

Orientation bibliographique sur ce sujet

Monographie des rues de Charleroi : Histoire locale / Everard, Jean. Charleroi : Imprimerie Collins, 1959. 223 p.
Charnoy-village à Charleroi-métropole (De) / Hasquin, René-Pierre. Bruxelles : Labor, 1969. 382 p.
Charleroi d'hier et d'aujourd'hui / Mac Kay, Philippe. Charleroi : Nouvelle Gazette, 1996. [sans collation]
Charleroi, ville d'architectures : Du temps des forteresses aux années folles, 1666 - 1940 / Pouleur, Jean-Alexandre / Bioul, Anne-Catherine / Dauchot, Alain. Charleroi : Espace Environnement 1992. 112 p.

Contenu multimédia supplémentaire


Localisation


Derniers éléments ajoutés

Les deux tours du Château de la Torre
Le Château de la Torre se situait dans le coeur de Mont-sur-Marchienne. Il fut presque totalement démoli dans les années 1940 par un promoteur immobilier... - Lire la suite...

Charleroi en images, 1900-1945
En quelques clichés, Charleroi en cartes postales et images anciennes - Lire la suite...

Architecte de Charleroi : Auguste Cador
Auguste Cador est le grand architecte du XIXième à Charleroi. Sa longue carrière et sa riche production va marquer le territoire de Charleroi et de sa région. Mais Cador fut également le concepteur et propriétaire de l'Eden-Théâtre. - Lire la suite...

Marguerite, Marie et Jeanne, sorcières de Monceau
De 1592 à 1671, au moins six exécutions sur le bûcher eurent lieu à Monceau pour faits de sorcellerie. Parmi les victimes, Marguerite, Marie et Jeanne, présumées sorcières. - Lire la suite...

Les deux Zoé Drion
Au début du XIXième siècle, deux cousines éloignées, Zoé Louise et Zoé Pauline, voient le jour dans la région de Charleroi. L’une d’elle eut l’honneur d’avoir un boulevard baptisé de son nom. - Lire la suite...

Ligne du temps - Evolution d'une ville
Une ligne du temps renseignant quelques dates clés du développement de Charleroi. - Lire la suite...


Histoire du lieu...

Le 4 mars 2015, plusieurs espaces verts contigus sont regroupés sous une dénomination commune : Parc Jacques Depelsenaire. Jusqu’alors, le site se répartissait en squares différents : square Napoléon, square Marie Popelin, et square du Deuxième Chasseur.

Du temps de la forteresse française, le lieu se situait au pied des fortifications de la Ville-Haute, à proximité immédiate du ruisseau du Spigniat. La Redoute Dauphine occupait une partie de l’actuel Parc. Lorsque les Hollandais fortifièrent à nouveau Charleroi après 1815, le site est à nouveau occupé par des ouvrages défensifs, dont l’étendue est toutefois plus importante.

En 1867, le démantèlement de la forteresse est décidé. Il faut attendre 1871 pour que ces travaux titanesques s’achèvent : la ville dispose alors de dizaines d’hectares vierges supplémentaires lui permettant de se développer. Ayant perdu sa forteresse, Charleroi n’est plus une ville militaire.

Au lendemain des émeutes ouvrières de mars 1886, le gouvernement belge décide d’implanter une caserne à Charleroi afin d’y garantir la sécurité. Une caserne, qui prendre plus tard le nom de « Caserne Caporal Trésignies », est érigée dans la partie nord-est de la ville en 1887 ; de l’autre côté du boulevard nouvellement créé est aménagée une plaine des manœuvres de 5 hectares destinée à l’exercice des troupes. En 1897, cette plaine est arborée avec des ormes ; ils sont par la suite remplacés par une autre espèce, moins résistante.

En 1911, le terrain de la plaine est temporairement utilisé aux fins de l’Exposition Internationale de Charleroi ; différents concours s’y tiennent notamment.

L’armée continue d’utiliser le terrain jusqu’en 1952 ; elle délaisse à ce moment la plaine qui peut trouver une nouvelle affectation. On pense un temps y aménager le nouvel Hôpital Civil, ou encore, un héliport…

Sur sa partie sud va finalement s’ériger le nouveau Palais de Justice, en remplacement de l’ancien qui menaçait ruine, situé au boulevard Audent. C’est l’architecte carolorégien Jacques Depelsenaire qui est chargé d’en dessiner les plans en 1953. Les travaux commencent en 1958, et après diverses péripéties, l’inauguration officielle du Palais peut avoir lieu en octobre 1969. Les deux lions Totor et Tutur sont déplacés du boulevard Audent vers un square situé face à la rue du Laboratoire.

A la fin des années 60, de nouveaux bâtiments sont érigés sur la partie nord de la plaine pour accueillir l’Institut National du Verre (INV), jusqu’alors hébergé rue Dourlet. A front de boulevard Audent sont construits des halls d’essais semi-industriels permettant à l’INV de mener ses tests. C’est également l’architecte Depelsenaire qui est chargé de la construction de l’Institut. En 2010, les bâtiments de l’Institut du Verre reçoivent une nouvelle affectation, et deviennent annexe du Palais de Justice.

Entre les deux bâtiments, Depelsenaire aménage également à l’époque des espaces verts permettant de relier les deux sites, ainsi que le boulevard Defontaine à l’avenue du Général Michel.

Au fil du temps, l’ancienne plaine des manœuvres perd de sa beauté ; de nouvelles places de parking rognent sur la verdure ; un parking modulaire est érigé à côté du Palais de Justice, face à la Caserne Trésignies.

Décédé le 17 mai 2009, Jacques Depelsenaire est l’architecte de nombreux bâtiments à Charleroi et dans sa région ; Hôpital Civil du bd Janson, Palais de Justice, Centre Albert, Institut du Verre, Centre social de délassement de Marcinelle, IMTR de Loverval, chalet à Marcinelle-en-Montagne,… Grand nom de l’architecture et particulièrement bien représenté dans cette zone de 5 hectares, son nom est donné à l’ensemble du site, devenu parc depuis le 4 mars 2015.

Le nouveau parc Depelsenaire accueille des plans d’eau, sculptures, œuvres d’art. Une grande structure métallique surplombe l’un des accès de l’extension du Palais de Justice. Une sphère en acier inoxydable signée par le sculpteur DIOR prend place au centre d’une pièce d’eau. Côté boulevard Defontaine, les lions Totor et Tutur continuent de veiller sur la Justice. Une œuvre de Boris Tellegen prend place du côté de l’avenue du Général Michel depuis 2014, installée dans le parc dans le cadre du festival d’art urbain Asphalte.




A travers le temps...
Slide

Charleroi, 1696

Localisation sur le plan en relief de Charleroi - Musée des Plans-Reliefs, dépôt au Palais des Beaux-Arts de Lille.

Slide

Charleroi, 1769

Localisation sur la carte de Ferraris - Bibliothèque royale de Belgique ©.

Slide

Charleroi, environs de 1850

Localisation sur le plan cadastral "Popp", dressé entre 1842 et 1879 par Philippe-Christian Popp - Bibliothèque royale de Belgique ©.

Slide

Charleroi, 1930

Localisation sur un plan édité pour le centenaire de la Belgique, publié dans l'ouvrage Charleroi : Guide illustré (Le grand centre industriel belge) / Comité officiel d'initiative - Charleroi. Edition : Delacre, 1930.

Slide

Charleroi, aujourd'hui

Localisation sur un plan actuel (OpenStreetMap) - Données cartographiques © les contributeurs d’OpenStreetMap, CC BY-SA.


Vous disposez d'informations complémentaires sur ce sujet ?
Partagez les !

admin



Sat March 07, 2015
new comment

Merci pour votre commentaire ; j'ai renseigné l'année 1952 sur base de la date renseignée dans le livre du tricentenaire "Caroloregium valde concelebratur", à savoir le 28 janvier 1952 (p. 162).

Duck Henri



Sat March 07, 2015
new comment

Vous dites: "L’armée continuera d’utiliser le terrain jusqu’en 1952 ; elle délaisse à ce moment la plaine"
Lorsque j'ai effectué mon service militaire en 1964, nous faisions toujours des manœuvres sur la plaine située en face de la caserne. Les manœuvres avec les chars se faisaient alors sur les terrains militaires où se trouve maintenant la prison de Jamioulx.

  • Tous les champs doivent être complétés. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée ;
  • Les commentaires ne sont publiés qu'après avoir été validés par le modérateur du site; un délai de quelques heures est donc parfois nécessaire avant que votre commentaire n'apparaisse sur le site. Les commentaires qui ne seront pas publiés seront définitivement supprimés.
  • Seuls les commentaires à valeur ajoutée seront publiés ; aucun commentaire à caractère discriminatoire ne sera publié.

 

Contact | A propos de ce site | Tous les sujets | A la recherche de documents... | Portail non-officiel sur Charleroi |© www.charleroi-decouverte.be 2007 - .... | Version 5
Licence Creative Commons
Charleroi Découverte! est mis à disposition selon les termes de la
licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 Belgique.